المخيمات الصيفية أفاق ومستقبل
عزيزي الزائر / عزيزتي الزائرة يرجي التكرم بتسجبل الدخول اذا كنت عضو معنا
او التسجيل ان لم تكن عضو وترغب في الانضمام الي اسرة المنتدي
سنتشرف بتسجيلك
شكرا
ادارة
المنتدي


منهج تربوية وبيداغوجية جديد للمخيمات الصيفية بالجزائر
 
الرئيسيةالرئيسية  البوابةالبوابة  اليوميةاليومية  س .و .جس .و .ج  بحـثبحـث  التسجيلالتسجيل  دخول  

شاطر | 
 

 بيان مؤتمر طرابلس، يونيو الجزء الثالث 1962

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
إكرام
الإدارة
الإدارة
avatar

عدد المساهمات : 254
تاريخ التسجيل : 24/05/2010
الموقع : mbm1.yoo7.com

بطاقة الشخصية
الأهداءات: 1

مُساهمةموضوع: بيان مؤتمر طرابلس، يونيو الجزء الثالث 1962   الثلاثاء أكتوبر 26, 2010 5:12 pm

II. - CONTENU SOCIAL DU MOUVEMENT DELIBERATION NATIONALE


Depuis le 1er Novembre 1954, une nouvelle dimension est apparue dans la vie dela société algérienne jusqu'ici statique; le mouvement déterminé parl’engagement collectif du peuple dans la lutte nationale.
Ce mouvement, par sa profondeur et sa continuité a remis en question toutes lesvaleurs de I'ancienne société et posé les problèmes de la société nouvelle.
Quelles ont été et queues sont les composantes sociales de ce mouvement ?
D'abord le peuple pris dans son ensemble et notamment ses couches les plusopprimées :
1e) Les paysans pauvres,principales victimes de l’expropriation foncière, du cantonnement et del’exploitation colonialistes. Il s'agit des ouvriers agricoles permanents ousaisonniers, des khammès et des petits métayers, auxquels peuvent s’ajouter lestout-petits propriétaires
2e) Le prolétariatrelativement peu nombreux et le sous-prolétariat pléthorique des villes. Ilssont constitués, en majeure partie, par des paysans, expropriés et déclassésqui ont été contraints à chercher un travail loin des campagnes et mêmed'émigrer en France ou on les emploie, très souvent, dans les travaux les pluspénibles et les moins bien rémunérés;
3e)Une autre catégoriesociale intermédiaire est celle des artisans., petits et moyens employés,fonctionnaires, petits commerçants et certains membres des fonctions libérales,le tout constituent ce qu'on pourrait appeler la petite bourgeoisie. Cette catégorie a participé souvent activement à la lutte libératrice en luidonnant des cadres politiques.
4e) Il y a enfin, une classebourgeoise relativement peu importante composée d'hommes d'affaires, de grosnégociants, de chefs d’entreprises et de rares industriels.
A cette classes'ajouté, celles des gros propriétaires, fonciers et des notables deI'administration coloniale.
Ces deux dernières couches sociales ont participé aumouvement d'unefaçon épisodique, soit par conviction patriotique, soit par opportunisme. il ya lieu d’en excepter les féodaux administratifs notoires et les traîtres quiont pris fait et cause pour le colonialisme.
L'analyse du contenu social de la luttede libération fait ressortir que ce sont les paysans et les travailleurs enGénéral qui ont été la base active du mouvement et lui ont donné son caractèreessentiellement populaire.Leur engagement massif a entraîné àleur suite les autres couches sociales de la nation. Il a notamment suscité unphénomène important : l’engagement total de la jeunesse algérienne quelle quesoit son origine sociale. Il convient de noter, à cet égard, que dans laplupart des cas ce sont les jeunes gens issus de la bourgeoisie qui ontdéterminé l'adh,ésion de celle-ci à la cause de l'indépendance.
Le mouvement populaire a eu pour effet de dépasser, dans le cours de la luttearmée, I'objectif du nationalismes libérateur vers une perspective pluslointaine, celle de la Révolution. Par
sa continuité, son effort soutenu et les immenses sacrifices qu'il a entraînés,il a contribué à donner à la conscience nationale fragmentaire une forme plushomogène. De plus, il a prolongé celle-ci en conscience collectiveorientée dans le sens de la transformation révolutionnaire de la société.
C’est là un fait qu'on ne saurait assez souligner et qui donne au mouvement delibération algérien son caractère spécifique par rapport aux autres mouvementsnationalistes du Maghreb.
La Révolution algérienne n'est pas le produit abstract d'une vue del’esprit, ni un schéma théorique. Elle résulte d'une nécessité historiquecontraignante qui est déterminée par le processus objectif de la lutte delibération
l!I. -- LES TACHES PRINCIPALES DE LA REVOLUTION DEMOCRATIQUEPOPULAIRE
Dans tout ce qui précède nous avons examiné la situation générale de la sociétéau moment de I'accession de l’Algérie à son indépendance ainsi que lescaractéristiques principales du mouvement de libération nationale.
Tous les acquis de cette lutte doivent être étudiés, organisés et parachevés;c’est là la tâche historique de la révolution démocratique populaire.
Ceci implique nécessairement un effort d'analyse et de formation adéquat, uneorientation juste et ferme, des options claires.
Deux impératifs doivent inspirer notre action
1e) Partir de la réalité algérienne il travers ses données objectives et lesaspirations du peuple;
2e) Exprimer cette réalité en tenant compte des exigences du progrès moderne,. desacquisitions de la science, de l’expérience des autres mouvementsrévolutionnaires et de la lutte anti-impérialiste dans le monde.
De même qu'il faut éviter de s'inspirer de schémas tout faits sans référence àla réalité concrète de I'Algérie, il faut se garder, de la même façon, detomber dans l’erreur de ceux qui prétendent pouvoir se passer de l’expériencedes autres et des apports révolutionnaire de notre époque.
Par quoi se caractérise la révolution algérienne ?
Le mot (( Révolution)) à été longtemps employé, tort et à traversen l’absence de tout contenu précis. Pourtant, il n'a cesséde galvaniser l’élan des masses populaires, qui, par instinct. Lui ont donné unsens .au-delà même de libération. Ce qui lui manquait, ce qui lui manqueencore pour mérité toute sa signification, c’est le support idéologiqueindispensable. Pendant la guerre de libération, le mouvement même de la lutte asuffi pour propulser et drainer les aspirations révolutionnaires des masses.Aujourd’hui. Qu’il s ‘est arrêté avec la fin de la guerre et lerétablissement de l’indépendance. Il importe de la prolonger sans tarder sur leplan idéologique. A la lutte armée doit succéder le combat idéologique ; àla lutte pour l’indépendance nationale succèdera la Révolution démocratiquepopulaire.
La révolution démocratique populaire populaire, l’édification conscience dupays dans le cadre de principe socialistes et d’un pouvoir aux mains du peuple.Dans le cadre de principes socialistes et d’un pouvoir aux mains du peuple.
A) LE CONTENU DEMOCRATIQUE
La Révolution a pour tâches de consolides la nation devenueindépendante en lui restituant toutes ses valeurs frustrées ou détruites par lecolonialisme : un Etat souverain, une économie et une culture nationales.Ces valeurs seront nécessairement conçues et organisées dans perspectivemoderne. Ceci implique l’abolition des structures économiques et sociales duféodalisme et de ses survivances et établissement de nouvelles structures etinstructions susceptibles de favoriser et garantir l’émancipation de l’homme etla jouissance plein et entière de ses libertés.
Lesconditions économiques du pays déterminent sa situation sociale et culturelle.Le développement de l’Algérie pour qu’il soit rapide. Harmonisé et dirigés versla satisfaction des besoins de tous dans le cadre de la collectivisation, doitêtre nécessaire conçu dans une perspective socialiste.
L’espritdémocratique ne doit pas être spéculation purement théorique. Il doit se concrétiserdans des institutions étatiques bien définies et dans tous les secteurs de lavie sociale du pays.
Le sens de la responsabilité.Emanation de la plus fidèle de l’esprit démocratique, doit se partout auprincipe d’autorité d ‘essence féodale et de caractère paternaliste.
B) LE CONTENU POPULAIRE :
Le sort del’individu étant lié à ce celui de la société tout entière, ladémocratie, pour nous, ne doit pas être seulement l’épanouissement des libertésindividuelles, elle est surtout l’expression collective de la responsabilitépopulaire.
L’édificationd’un Etat moderne sur des bases démocratique, anti-impérialiste etanti-féodales, ne sera rendre possible que par l’initiative, la vigilance et lecontrôle direct du peuple.
Les tâches de la révolution démocratique en Algérie sontimmenses. Elles ne peuvent être réalisées par une classe sociale aussi éclairéesoit-elle ; seul le peuple est en mesure de les mener à bien, c’est-à-direla paysannerie, les travailleurs en général, les jeunes et les intellectuelsrévolutionnaires.
L'expérience de certains pays nouvellement indépendants, enseigne qu'une couchesociale privilégié, peut s’emparer du pouvoir A son profit exclusif. Cefaisant elle frustre le peuple du fruit de sa lutte et se détache de lui pours'allier A I'Impérialisme. Au nom de I'union nationale, qu’elle exploiteopportunément, la bourgeoisie prétend agir pour le bien du peuple en laidemandant de la soutenir.
Or, son origine relativement récente, sa faiblesse en tant que groupé socialsans assises profondes, I'absence, chez elle, de véritables traditions delutte, limitent son aptitude i promouvoir la construction du pays et ildéfendre contre les visées impérialistes.
La prise du pouvoir en Algérie exige qu’elle se fasse dans la clarté.
L'union nationale n’estpas I'union autour de la classebourgeoise. Elle est I'affirmation de l’unité du peuple sur (a base desprincipes de la Révolutiondémocratique populaire à la nécessité de laquelle la bourgeoisie elle-mêmedevra subordonner ses intérêts.
La logique de I'histoire et l'intérêt supérieur de la nation en font unimpératif.
Le patriotisme de la bourgeoisie se mesurera, pour nous, au fait qu’elleadmette cet impératif, qu’elle apporte son appui à la cause révolutionnaire etqu’elle renonce A vouloir diriger les destinées du pays.
La bourgeoisie estporteuse d'idéologies opportunistes dont les caractéristiquesprincipales sont le défaitisme, la démagogie, l’esprit alarmiste, le mépris desprincipes et le manque de conviction révolutionnaire, toutes choses qui font lelit du néo-colonialisme.
La vigilance commande, dansI'immédiat, de combattre ces dangers et de prévenir, par des mesures adéquates,l’extension de la base économique de la bourgeoisie en liaison avec lecapitalisme néo-colonial.
C) POUR UNE AVANT-GARDECONSCIENTE :
La réalisation des objectifs dela Révolutiondémocratique populaire nécessite le dégagement et la formation d'une avant-gardeconsciente qui comprendra des éléments issus dela paysannerie, destravailleurs en général, des jeunes et des intellectuels révolutionnaires.
Cette avant-garde aura pourrôle d'élaborer une politique et sociale reflétant fidèlement les aspirationsdes masses dans le cadre de la Révolution démocratique populaire.
La Révolution n’est pas un ensemble de recettes pratiques qu'onapplique d'une façon paresseuse et bureaucratique. Il n'y a pas d'idéologietoute faite; il y a un effort idéologique constant et créateur.
La guerre de libération aentraîné, pendant sept ans et demi, des bouleversements considérables dans lasociété algérienne. Cette situation " fait nouvelle etI'instauration du régime politique entièrement nouveau qu’elle exige, nous fontobligation de créer une pensée nouvelle.
1e)L'édification d'un Etat moderne et l'organisation d'une société révolutionnaireimposent le recours A des méthodes et critères scientifiques dans la théorie etdans la pratique. La conception et l’exercice de la responsabilitépolitique doivent s'appuyer sur I'analyse objective des faits et l’appréciationcorrecte des réalités. Cc qui suppose, aussi, un esprit de rechercherationnelle et un effort de prospection concrète ;
2e) Cela ne va pas,naturellement, sans le rejet absolu de toutes les formes de subjectivisme :I'improvisation, I'approximation, la paresse intellectuelle, la tendance àidéaliser la réalité en n’en retenant que les .aspects spectaculaires etgratuits. De plus, il importe de se méfier du moralisme, tendanced’esprit idéaliste et infantile qui consiste à vouloir transformer la sociétéet 'à résoudre ses problèmes à I'aide des seules valeurs morales. C'estla une conception erroné et confusionniste de I'action révolutionnairedans sa phase constructive. Le moralisme, que certains professentvolontiers, est I'alibi facile de I'impuissance à agir sur la réalité socialeet à I'organiser positivement. L’effort révolutionnaire ne se réduit pasil de bonnes intentions aussi sincères soient-elles; il requiert, surtout,l’emploi de matériaux objectifs. Les .valeurs morales individuelles,.sielles sont respectables et nécessaires, ne peuvent être déterminantes dans laconstruction de la société. C’est la bonne marche de celle-ci qui créeles conditions de leur, .épanouissement collectif.
D) POUR UNENOUVELLE- DEFINITION DE LA CULTURE.
La nécessité de créer unepensée politique et sociale nourrie de principes scientifiques et prémuniecontre les habitudes d’esprit erronées, nous fait saisir l'importance d'uneconception nouvelle de la culture.
La culture algérienne seranationale, révolutionnaire et scientifique.
le) Son rôle de culturenationale consistera, en premier lieu, à rendre à la langue arabe, expressionmême des valeurs culturelles de notre pays, sa dignité et son efficacité elletant que langue de civilisation. Pour. cela, elle s’appliquera àreconstituer à revaloriser et à faire connaître le patrimoine national et sondouble humanisme classique et moderne afin de les réintroduire dans la vieintellectuelle et l’éducation de la sensibilité populaire. Elle combattra ainsile cosmopolitisme culturel et l’imprégnation occidentale qui ont contribué àinculquer à beaucoup d’algériens le mépris de leurs valeurs nationales.
2') En tant que culture révolutionnaireelle contribuera à I’œuvre d'émancipation du peuple qui consiste à liquider lesséquelles du féodalisme. Les mythes anti-sociaux et les habitudes d’espritrétrogrades et conformistes. Elle ne sera ni une culture de carte fermée auprogrès ni un luxe de l’esprit. Populaire et militante, elle éclairera la luttedes masses et combat politique et social sous toutes ses formes. Par saconception de culture active au service de la société. Elle aidera audéveloppement de la conscience révolutionnaire en reflétant. Sans cesse, lesaspirations du peuple, ses réalités et ses conquêtes nouvelles, ainsi quetoutes les formes de ses traditions artistiques ;
3e) Culturescientifique dans ses moyens et sa portée. La culture algérienne devra sedéfinir en fonction de son caractère rationnel, de son équipement technique, del’esprit de recherche qui l’anime et de sa diffusion méthodique et généraliséeà tous les échelons de la société.
De là, découle la nécessité derenoncer aux conception routinières qui pourraient entraver l’effort créateuret paralyser l’enseignement en aggravant l’obscurantisme hérité de ladomination coloniale. Cette nécessite s’impose, d’autant plus, que la languearabe à subi un tel retard comme instrument de culture scientifique moderne,qu’il faudra la promouvoir, dans son rôle futur, par des moyens rigoureusementconcrets et perfectionnés.
La culture algérienne ainsidéfinie devra constituer le lien vivant et indispensable entre l’effort idéologiquede la Révolutiondémocratique populaire et les tâches concrètes et quotidiennes qu’exigel’édification du pays.
A cet égard, le relèvementindispensable du niveau culture des militants des cadres, desresponsables et des masses en général, revêt une importance capitale.
Il permettra, notamment,d’inculquer à tous, le sens du travail et d’élever, ainsi, le rendement de laproduction dans tous les domaines.
L’avant-garde révolutionnairedu peuple doit donner l’exemple en l’élevant son propre niveau culturel et enfaisant de set objectif son mot d’ordre constant.
Il convient de rappeler que lespaysans et les ouvriers, qui ont été les principales victimes del’obscurantisme colonial, gagneront à élever leur niveau culturel afin de faireface, plus efficacement, aux tâches et responsabilités qui leur incombent dans la Révolution.
Il y a lieu, ici, de dénoncervigoureusement la tendance qui d’un consiste à sous-estimer l’effortintellectuel et à professer, parfois, un anti-intellectualisme déplacé.
A cette attitude répond,souvent, un autre extrême qui rejoint, par plus d’un point, le moralismepetit-bourgeois. Il s’agit de la conception qui consiste à utiliser l’islam àdes fins démagogiques pour éviter de poser les vrais problèmes. Certes, nousappartenons à la civilisation musulmane qui à profondément et durablementmarqué l’histoire de l’humanité : mais, c’est rendre un mauvais service àcette civilisation que de croire que sa renaissance est subordonnées à desimples formules subjectives dans le comportement général et la pratiquereligieuse.
C’est ignorer que lacivilisation musulmane, en tant qu’édification concrète de la société, àcommencé et s’est longtemps poursuivie par un effort positif sur le double plandu travail et de la pensée, de l’économie et de la culture. De plus, l’espritde recherche qui l’a animée , son ouverture rationnelles sur la science, lescultures étrangères et l’universalité de l’époque. Ce sont, avant tout, cescritères de création et d’organisation efficiente des valeurs et des apportsqui l’ont fait largement participer au progrès humain dans le passé, et, c’estpar là que doit débuter toute renaissance véritable. En dehors de cet effortnécessaire, qui doit être entrepris en premier lieu sur des bases tangibles etsuivant un processus rigoureusement ordonné la nostalgie du passé estsynonyme d’impuissance et de confusion.
Pour nous l’islam, débarrasséde toutes les excroissance et superstitions qui l’ont étouffé ou altéré, doitse traduire, en plus de religion en tant que telle, dans ces deux facteursessentiels : la culture et la personnalité.
Liée, par ailleurs, auximpératifs multiples de la culture nationale, révolutionnaire et scientifique,l’importance du développement de notre personnalité n’est plus à démontrer. La luttevictorieuse de libération vient d’en dégager des aspects majeurs inconnus ouméconnus jusqu’ici.
La personnalité algérienne sefortifiera encore d’avantage dans l’avenir, tant est grande la capacité denotre peuple de suivre le mouvement de l’histoire sans rompre avec son passé.
Résolument orientée vers laréalisation de ses tâches révolutionnaires. L’avant-garde consciente du peuplealgérien, commencera, d’abord, par déployer la voie qui mène au progrèscollectif de la société en liquidant les séquelles et survivances des systèmesrévolus, en dissipant les équivoques et les fictions démagogiques. Le succès dela révolution démocratique populaire est à ce prix.
POUR LA REALISATION DESTACHES ECONOMIQUES ET SOCIALES DE LA REVOLUTION DEMOCRATIQUEPOPULAIRE


Il S'agit deformuler notre action sur le triple plan économique, social et international,en vue de libérer l’Algérie des séquelles du colonialisme et des survivancesféodales et de définir les structures de la société nouvelle, qui doit êtreconstruire sur des bases populaires et anti-impérialistes.
Le choix de ces lignes d’actionsignifie :
- Une économie nationale :
- Une politique sociale au profit desmasses pour élever le niveau de vie des travailleurs. Liquider l’analphabétisme,améliorer l’habitat et la situation sanitaire, libérer la femme :
- Une politique internationale baséesur l’indépendance nationale et la lutte anti-impérialiste.
1- EDIFICATION D’UNE ECONOMIENATIONALE
A) APERÇU DE LA SITUATION ECONOMIQUEET SOCIALE DE L’ALGERIE COLONIALE.
1°) L’économie algérienne est une économie coloniale,dominée par la Franceet entièrement aux mains de l’étranger :
Elle est une source de matièrepremière et un débouché pour les produits manufacturé. Sa dépendance se traduitpar l’importance des échanges extérieur par rapport à la production nationaleet part prépondérante de la France dans les échanges l’Algérie a toujours été le premierfournisseur de la Franceles investissements le règlement de la balance des comptes, l’absenced’industrialisation sérieuse.
Une minorité implantée à lafaveur de la conquête s’est emparée avec l’appui du colonisateur des principauxmoyens de production et de financement. Elle possède l’essentiel des terresproductives (2.726.700 ha).
monopolise les banques,I'activité industrielle et commerciale (90% du total), encadre techniquement etadministrativement le pays.
2e)L’économie algérienne est une économie déséquilibrée et désarticulée.
Deuxsecteurs reliés entre eux par un réseau commercial fragile y coexistent.
a) Lesecteur moderne et dynamique est de type capitaliste. Il constitue un véritableavant poste de 1'économie française et englobe I'agriculture européenne tournéevers les marches urbains et I'exportation, les différentes branchesindustrielles, les transports, le grand commerce et les services.
Laparticipation algérienne à ce secteur est faite surtout en main-d’œuvre.
b) Le secteur traditionnel dont vit l'essentiel de ]a population algérienneC’est-à-dire 5.225.000 personnes, conserve les structures hérites dupassé. L'économie de subsistance et le. rapports de production précapitalistes y dominent. Les moyens techniques et financiers sont presque nuls.
3e)Conséquences sociale de la domination coloniale.
Lesconséquences sociales de cette économie dépendante, désarticulée et dominéesont durement ressenties par l'ensemble des populations algériennes etapparaissent dans la grande disparité des revenus. L'ensemble desFrançais d'Algérie dispose d'un revenu annuel moyen supérieur 350.000 à francspar personne, alors que celui des Algériens est inférieur à 50.000 francs etreprésente moins de 20.000 francs pour la masse vivant dans le secteurtraditionnel.
Lesconséquences sociales apparaissent également dans la non-intégration au circuitéconomique de deux millions et demi d'Algériens 990.000 chômeurs totaux etpartiels dans les villes, 1 million et demi d'employés à la campagne - I'exoderural, 1'émigration de 400.000 Algériens vers la France, I'analphabétisme(plus de 415 des personnel âgée de plus de 6 ans sont illettrées, la déficiencede I'habitat et de I'organisation sanitaire que traduisent la multiplicité desbidonvilles et des taudis et la faible implantation sanitaire dans les campagnes.
B)PRINCIPES DE NOTRE POLITIQUE ECONOMIQUE.
1')Contre la domination étrangère et le libéralisme économique.
L'aspirationde notre peuple 'a un développement économique et à 1'élévation de son niveaude vie est partout profonde et irrésistible.
Dansles pays nouvellement indépendants, le recours aux méthodes du libéralismeclassique ne peut permettre une transformation réelle de la société,
Dans notre état actuel,la planification rencontrera de sérieux obstacles parmi lesquels le manque decapital, 1'absence de cadres qualifiés et le retard culturel. Mais entrela stagnation dans un cadre libéral et le progrès par la planification del’économie, notre parti choisit la planification :
L'arriérationéconomique et culturelle exige de nous une tension extraordinaire de nosforces, une utilisation juste de toutes les ressources matérielles et humainesen vue de développer le pays et de réaliser les tâches de )a Révolutiondémocratique populaire.
Larelance de l'économie sur de nouvelles bases passe par un bouleversementcomplet des structures actuelles.
C) LES TACHESECONOMIQUES DE LA REVOLUTION DEMOCRATIQUE POLULAIRE.
1) La révolution agraire. Dans le contexte algérienla révolution démocratique populaire est d’abord une révolution agraire.
La création d'unmarché inférieur et l'amorce de l'industrialisation sont conditionnées par unevéritable révolution dans la vie rurale. Tache prioritaire, la révolutionagraire comporte trois aspects en interaction : la réforme agraire, la modernisationde I'agriculture et la conservation du patrimoine foncier.
a)La réforme agraire.
Baseactive de la guerre de libération dont elle à supporté te fardeau le pluslourd, la paysannerie qui constitue 1'écrasante majorité de la nation, à mistous ses espoirs dans I'indépendance. La satisfaction de ses intérêtsmatériels et culturels, valorisera la production. dégagera un marché pourI'industrie et ramènera, la stabilité dans les compagnes durement éprouvées parlit guerre coloniale.
Laliquidation des bases économiques de fa colonisation agraire et la limitationde la propriété foncière en général rendront disponibles les superficiesnécessaires ,à une réforme agraire radicale.
Du point devue économique, la nature des cultures exploitées sur les terres des groscolons et des grands propriétaires algériens, le degré de mécanisation de leursexploitations, incitent notre Parti et préconiser des formes collectives demise en valeur et un partage des terres sans parcellisation. Cette solutiondoit être appliquée avec I'adhésion volontaire de la paysannerie afin d’éviterles conséquences désastreuses de formules d’exploitation imposées.
Laréforme agraire doit être entreprise autour du mot d'ordre ((la terre àceux qui la travaillent )) et selon les principes suivants
1°) Interdictionimmédiate des transactions sur la terre et les moyens de production deI'agriculture.
-L'extension de I'aire irrigable
- Le défrichement denouvelles terres.
Lasurpopulation relative des campagnes permet une mobilisation rapide de lamain-d’œuvre inemployée pour la conquête des sols. C’est là uneentreprise d'une importance capitale. L'organisation démocratique dechantiers ruraux résorbera le chômage, permettra la récupération de bargessurfaces et libèrera toutes les forces productives.
Cettetransformation des structures agraires doit être le point de départ pour ledéveloppement de l'infrastructure, la -nationalisation du crédit et du commerceextérieur dans un premier stade, la nationalisation des richesses naturelles etde I'énergie dans un second stade. De telles mesures accélèrerontI'industrialisation en grand du pays.
2°) Développement de l’infrastructure.
Leréseau ferroviaire et le réseau routier, dans notre pays ont été conçus enfonction des impératifs économiques et stratégiques de la colonisation. Au cours de la guerre de nombreuses pistes et des chemins vicinaux ont été misen chantier pour faciliter la pénétration des troupes françaises. Ils peuventconstituer la base du développement d'une infrastructure convenable pourfaciliter le progrès des échanges et supprimer tout frein à 1'élargissement dumarché intérieur et à la commercialisation des produits agricoles. Lapolitique du Parti doit tendre à
-Nationaliser les moyens de transports ;
-Améliorer et perfectionner les réseaux routiers et ferroviaires
-Instituer des liaisons routières entre les grandes voies de communication etles marchés ruraux.
3°)Nationalisation du crédit et du commerce extérieur.
- La nationalisation du crédit et du commerce extérieur implique
a) La nationalisation des compagnies d'assurances
b)La nationalisation des banques.
C'estlà une tâche à accomplir dans des délais rapprochés. La multiplicité desbanques leur permet d’échapper au contrôle national. Leur reconversionrécente ou prochaine en sociétés de développement ne doit pas masquer leurcaractère essentiel, un instrument de chantage financier.
c)La nationalisation du commerce extérieur
La politiquecommerciale de I'Algérie doit s'inspirer des principes suivants :
- Supprimer à un rythme et selon desmodalités à fixer le régime préférentiel entre la France et I'Algérie.
Assurerdes échanges équilibrés fondés sur I'égalité et I'avantage réciproque.
Développer, les échanges avec les pays qui offrent des prix constants et marché à Lang terme et ou nous pourrons trouver, à meilleur compte, des biensd’équipement :
Nationaliser en priorité lesbronches essentielles du commerce extérieurs et du commerce de gros et créerdes sociétés d’état par produit ou groupe de produits.
Une telle organisation permet un contrôle réel de l’état sur l’import-export,facile une action efficace sue la consommation et procure des bénéficescommerciaux pour les investissements dans les branches productives :
Contrôler les prix et créer desmagasins d’état dans les centres ruraux pour combattre la spéculation etl’usure.
4°)Nationalisation des richesses minérales et énergétiques.
C’est là un but àlong terme. Dans l’immédiat le parti doit lutter pour :
L’extension du réseau de gaz etd’électricité dans les centres ruraux :
La préparation des ingénieurset techniciens de tous les niveaux selon un plan qui mettrait le pays en mesurede gérer lui même ses richesses minérales et énergétiques.







الجزائر حبيبتي
لو خيروني بين حبيبتي والجزائر لاخترت حبيبتي...
ليس لأني لا أحب الجزائر...
بل لأن حبيبتي هي الجزائر،،،
يسألوني لماذ أحــب الجزائر؟!!
ما أغباهم كأنهم يسألونني لماذا اتنفس...أعشقــك
يا جزائر
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://mbm1.yoo7.com
 
بيان مؤتمر طرابلس، يونيو الجزء الثالث 1962
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» محطات في تاريخ وطني الحبيب الجزائر
» الثورة الجزائرية 1954-1962.

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
المخيمات الصيفية أفاق ومستقبل  :: تاريخ الدول العربية-
انتقل الى:  
زوار المنتدى



انت الزائر رقم :
 
 
2010