المخيمات الصيفية أفاق ومستقبل
عزيزي الزائر / عزيزتي الزائرة يرجي التكرم بتسجبل الدخول اذا كنت عضو معنا
او التسجيل ان لم تكن عضو وترغب في الانضمام الي اسرة المنتدي
سنتشرف بتسجيلك
شكرا
ادارة
المنتدي


منهج تربوية وبيداغوجية جديد للمخيمات الصيفية بالجزائر
 
الرئيسيةالرئيسية  البوابةالبوابة  اليوميةاليومية  س .و .جس .و .ج  بحـثبحـث  التسجيلالتسجيل  دخول  

شاطر | 
 

 بيان مؤتمر طرابلس، يونيو الجزء الأول 1962

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
إكرام
الإدارة
الإدارة
avatar

عدد المساهمات : 254
تاريخ التسجيل : 24/05/2010
الموقع : mbm1.yoo7.com

بطاقة الشخصية
الأهداءات: 1

مُساهمةموضوع: بيان مؤتمر طرابلس، يونيو الجزء الأول 1962   الثلاثاء أكتوبر 26, 2010 5:06 pm

PROJET DE PROGRAMME
pour laréalisation de la révolution démocratique populaire
(adoptée à l'unanimité par le C. N. R.A. à Tripoli en Juin 1962)

VUE D’ENSEMBLE DE LA SITUATION ALGERIENNE
1) DE LA SOUVERAINETE NATIONALE
Le 19 mars 1962, uncessez-le-feu a été proclamé mettant fin à une longue guerre d’exterminationmenée par l'impérialisme colonial français contre le peuple algérien.
Lecessez-le-feu est le résultat de l'accord intervenu à Evian entre le G.P.R.A.et la France,accord par lequel l'indépendance de l'Algérie sur la base de l'intégritéterritoriale doit être rétablie suivant une procédure définie en commun par lesdeux parties.
C’est à I'occasion d'unréférendum d'autodétermination que le peuple algérien sera invité à approuverla solution prévue par les accords d’Evian relativement A l'indépendance deI'Algérie et à la coopération entre ce pays et la France.
Les accords d’Evianconstituent, pour le peuple algérien, une victoire politique irréversible quimet fin au régime colonial et A la domination séculaire de l'étranger.
Cependant, cette victoire qui aété obtenue sur le plan des principes, ne nous fait pas oublier quelle est due,avant tout, au processus révolutionnaire continu et aux faits politiques etsociaux de portée historique crées par la lutte armée du peuple algérien.
Ce sont ces faits-là, dégagésau cours de la guerre libératrice, qui représentent la seule victoire durableparce qu'ils prolongent, d'une manière concrète, les acquis de la lutte arméeet constituent le garant réel de l’avenir de notre pays et de notre Révolution.
En quoi réside L'importance de ces faits
1e) C’est dans l'action directecontre le colonialisme que le peuple algérien a retrouvé puis consolidé sonunité nationale. Il a ainsi banni de ses rangs le sectarisme ancien des partiset des clans et surmonté les divisions que l'occupation française avait érigéesen système politique;
2e) C’est dans I'unité decombat que la nation, opprimée par le colonialisme, s’est redécouverte en tantqu’entité organique et a donné toute la mesure de son dynamisme. Ce faisant, lanation algérienne a renoue avec ses traditions de lutte et mené à son termel’effort inlassable et longtemps contrarié en vue de réaliser I'indépendance etla souveraineté nationale;
3e) L’entrée en mouvement desmasses populaires a ébranlé 1'édifice colonial et remis en cause, de façondéfinitive, ses institutions rétrogrades, comme elle a accéléré la destructiondes tabous et des structures d'origine féodale qui entravaient le développementde la société algérienne.
Tout cela consacre I'échec dela double entreprise contre-nature du colonialisme français qui tendait Adétruire radicalement notre société pour la remplacer par un peuplementétranger intensif et à la maintenir, par la contrainte, dans la stagnation etI'obscurantisme.
L’engagement des massesalgériennes n’a pas seulement entraîné la destruction du colonialisme et duféodalisme. 11 adéterminé aussi une prise de conscience collective ayant trait aux exigées par le remembrement et la construction de la société sur des basesnouvelles. Le peuple algérien, en reprenant l'initiative, en affirmant avecpersévérance sa volonté de libération, a lié, consciemment ou inconsciemment,cette dernière a la nécessite historique d'un progrès multiple à conquérir et àpromouvoir sans relâche sous sa formerévolutionnaire la plus efficace.
L’effort créateur du peuples’est largement manifesté à travers les organes et instruments qu'il s’estforgé sous la direction du F.L.N. pour la conduite générale de la guerre delibération et I'édification future de I'Algérie.
Unité du peuple, résurrectionnationale, perspectives d'une transformation radicale de la société, tels sontles principaux résultats qui ont été obtenus grâce 'a sept années etdemide lutte armée. Le peuple algérien a, non seulement atteint I'objectif deI'indépendance nationale que le FLN S'était assignée le 1er Novembre 1954, maisil I'a dépassé dans le sens d'une révolution économique et sociale.II) LA GUERRE COLONIAL LA RECONVERSION DU COLONIALISME


La guerre coloniale menée par la France contre le peuplealgérien a pris le caractère d'une véritable entreprise d'extermination. Elle anécessité I’envoi, en Algérie, de la plus forte armée coloniale de tous lestemps. Pourvue de tous les moyens modernes de destruction, appuyée parune administration coloniale puissante, aidée dans ses besognes de répression,de terreur et de massacres collectifs par le peuplement français d'Algérie,cette armée s’est attaquée surtout aux populations civile sans défense et s’estvainement acharnée contre I'ALN. C’est ainsi que plus d'un milliond’Algériens ont été décimés etque des millions d'autres ont étédéportés, emprisonné, contraints A I’exil. Cette guerre de reconquête colonialen'a pu se prolonger que grâce A I'appui de I'OTAN et au soutien militaire etdiplomatique des Etats-Unis. Le degré de barbarie atteint dans cetteguerre s’explique par la nature même de la colonisation de peuplement et lacomplicité de. la nation française longtemps abusées par la mythe de 1'(Algériefrançaise Le caractère national et chauvin de cette guerre de reconquêtea été illustré par la participation constante du contingent qui représentaittoutes les classes de la société française, dont la classe ouvrière. Lagauche française qui a toujours joué, sur le plan théorique, un rôle dans lalutte anti-colonialiste, s’est révélée impuissante face au développementimplacable de la guerre et à ses conséquences qu’elle n'avait pasprévues. L'action politique qu’elle a menée est restée timide etinopérante en raison de ses vieilles conceptions assimilationnistes et desidées erronés qu’elle se faisait de la nature évolutive du régime colonial etde son aptitude 'a se réformer pacifiquement. C’est la lutte opiniâtre dupeuple algérien qui a contraint le colonialisme français a mettre 'a nu savéritable nature en tant que système totalitaire engendrant, tour A tour, lemilitarisme et le fascisme, vérité qui a longtemps échappé aux démocratesfrançais et que les évènements ont démontrée.
Ainsi, à partir du 13 Mai 1958notamment, le mouvement fasciste issu de la guerre de reconquête s’est renforcépetit à petit en France même, aggravant a son tour les conditions de cetteguerre coloniale qu'il a relancée avec plus de virulence dans I’espoir de venirrapidement il bout de la résistance algérienne.
L’échec étant devenu patent endépit du renforcement colossal des moyens matériels et tactiques de la guerred'Algérie dont le plan Challe a été I'un des aspects le, plus significatifs, leGouvernement gaulliste s’est vu acculé A reconvertir le régime colonialclassique en système néo-colonialiste visant A maintenir, sous d'autresfournies, l'essentiel des intérêts économiques et stratégiques de la France.
Le Plan de Constantine, conçuau plus fort de la guerre en vue de créer les bases économiques d’une (3èmeforce algérienne), a été la première esquisse de cette politiquepseudo-libérale.
Sous la pression conjuguée dela lutte libératrice et de la situation internationale, la France a fini par admettrela nécessité dune solution pacifique du problème algérien par la négociationavec le G.P.R.A. Les conférences de Melun en juin 1960, d’Evian en mai 1961 etde Lugrin en juillet de la même année, ont successivement échoué en raison deI'obstination du gouvernement français qui, tour à tour, réclamait unereddition camouflé on exigeait un démembrement du territoire algérien qu'ilprétendait amputer de sa partie saharienne. Le renforcement de ta lutte dupeuple qui est allé progressant avec les journées historiques de décembre 1960et la politique conséquente du G.P.R.A. qui s’en est tenu aux positionsfondamentales de la Révolution, ont contraint le gouvernement français 'a entamerdes négociations sérieuses.
Les accords d’Evian qui en ontrésulté le 18 Mars 1962 consacrent la reconnaissance de la souveraineténationale de I'Algérie et I'intégrité de son territoire.
Toutefois, ces accordsprévoient, en contrepartie de I'indépendance, tine politique de coopérationentre I'Algérie et France.
La coopération, telle qu’elleressort des accords, implique le maintien de liens de dépendance dans lesdomaines économique et culturel. Elle donne aussi, entre autres, desgaranties précises aux Français d'Algérie pour lesquels elle ménage une placeavantageuse dans notre pays.
Il est Evident que le conceptde coopération, ainsi établi, constitue l’expression la plus typique de lapolitique néo-colonialiste de la France. Il relève, en effet, du phénomène de reconversion parlequel le néo-colonialisme tente de se substituer au .colonialisme classique.
Amorcé de longue date par lepouvoir gaulliste cette reconversion procède de la contradiction qui s’estinstance dans le camp impérialiste français du fait de la guerre d'Algérie. Ily a, dune part, les partisans de la colonisation agraire selon les normes duconservatisme colonial et leurs alliés militaro-fascistes, et, d'autre part,les tenants du grand capital français évocation industrielle qui visent épratiquer une politique de rechange sur la base d'un compromis avec lenationalisme algérien.
La tâche Immédiate du FLN estde liquider, par tous les moyens, le colonialisme tel qu'il se manifeste encoreaprès le cessez-le-feu sons sa forme virulente à travers les actionscriminelles de I'O.A.S. Mais il devra, également, élaborer, dès à présent, unestratégie efficace en vue de faire échec aux entreprises néo-colonialistes quiconstituent un danger d'autant plus grave pour la Révolution queues separent des dehors séduisants du libéralisme et d’une coopération 'économique etfinancière qui se veut désintéressée.
L'antagonisme actuel entreI'ancien et le nouveau colonialisme ne doit pas faire illusion.
En tout état de cause il n’estpas question de préférer I'un à I'autre ; tous deux sont àcombattre. Les habitations apparentes du pouvoir gaulliste dans sa luttecontre I'OAS ont leur origine dans les ,affinités naturelles qui existent entreles colonialistes français des deux bords de la Méditerranée ettraduisent une collusion tactique dont le but inavoué est d'acculer lesAlgériens 'a un choix en faveur du néo-colonialisme. Cette attitude dugouvernement français conduit, en réalité, A l'inverse du résultatrecherché. Son refus. de réprimer efficacement les menace de I'OASprouve, de façon éclatante, la complicité qui le lie aux ultra-colonialistesd'Algérie et ports, en conséquence, un préjudice sérieux à la coopération.
D'ailleurs, cette coopération,produit d'une reconversion factice, se révélera difficile étant donné lecomportement des Français d’Algérie qui prennent, dans leur immense majorité,fait et cause pour I'OAS. Agents actifs de I'impérialisme colonial dansle passé et instruments conscients dans la guerre de répression qui prend fin,les Français d'Algérie sont inaptes à tenir le rôle de support principal et degarant de la politique de coopération que la France leur a assigné dans son plannéo-colonialiste.
A ce propos, la propagande française veut perpétuer lemythe du caractère indispensable de la présence des Français en Algérie pour lebien même de la vie économique et administrative de ce pays. Or, pendantplus d'un siècle, les trois quarts de I'Algérie, les campagnes notamment, ontété abandonnées A leur sort sans aucune infrastructure sérieuse ni équipementnotable. Abstraction faite de toute qualification technique, l’écrasantemajorité des Français d'Algérie, en raison même de leur mentalité colonialisteet de leur racisme, ne seront pas en mesure de se mettre utilement au service deétat algérien.
III - L'ALGERIE A LA VEILLE DE SONINDEPENDANCE
1. - Les accords d’Evian ont été ressentis par les milieux colonialistestraditionnels et les militaro-fascistes comme une cuisante défaite et unehumiliation sans précédent.
S'ils réalisent que I'Algérieest irrémédiablement perdue pour eux, ils ne s’estiment pas, cependant vaincus,L'OAS vise A I'installation du fascisme en France et i la reprise de la guerrecoloniale en Algérie. En pratiquant la terreur, les colonialistesespérant susciter une réaction brutale du peuple algérien et rendre ainsi caducle cessez-le-feu. 11 est évident que leur plan consiste à faire de I'Algérie untremplin en vue d'un éventuel
coup d’état fasciste appuyé parI'armée française et dirigé contre le pouvoir en France. Il importe, cependant,de ne point sous-estimer les menaces que ces colonialistes font peserdirectement sur I'Algérie même. L'une de leurs préoccupations, en effet,est le sabotage systématique de I'économie algérienne. Cette tactique n’estpas nouvelle. Elle a eu des précédents, au Vietnam notamment, lors de ladébâcle colonialiste.
Une autre menace est celled'une éventuelle (( sécession )) des Français d'Algérie par rapport I’Etat algérien. Cette Eventualité parait absurde si I'on songe que legouvernement français lui-même qui avait fait de la partition un moyen dechantage politique, a fini par y renoncer. Toutefois, il ne faut pasoublier que I'OAS poursuit toujours ce rêve insensé et qu’elle y tend de toutesses forces en soudant en un seul bloc les Français d'Algérie. Il semble excluque la Franceconsente à donner sa caution A une entreprise qui serait contraire aux accordsd’Evian ainsi qu'a toute coopération franco-algérienne. Ce qui est sûr,par contre, c’est que le gouvernement algérien aura fatalement A affronter lesFrançais d'Algérie et que la France qui se sentira directement impliquée dans cetteépreuve de force, ne manquera pas de recourir 'a des pressions lourdes deconséquences.
2 -La liquidation de I'OAS, qui est une immédiate, laisse entier le problème poséà la Révolutionpar la présence du peuplement français d'Algérie.
Les garanties don-nées A cedernier par les accords d’Evian imposent son maintient dans notre pays en tantque minorité de privilégiés. La sécurité de ces Français et de leursbiens doit être respectée leur participation A la vie politique de la nationassurée 'a tous les niveaux. Beaucoup d’entre eux iront s'installer enFrance, mais, une importante fraction- restera en Algérie et le gouvernement françaisI'y encouragera par tous les moyens en son pouvoir.
Les Français d'Algérie neseront pas considérés tout fait comme des étrangers. Ils jouiront,pendant trois années, des droits civiques algériens en attendant qu'ils fassentleur option définitive de nationalisé. Cette particularité propre:kI'Algérie confère au problème en question sa complexité et en fait I'un desplus graves que l’Etat algérien aura 'a résoudre.
La prépondérance des Françaisd'Algérie demeure de rasante dans les domaines économique, administratif etculturel et va l’encontre des perspectives fondamentales de la Révolution.
Dans le cadre de sasouveraineté interne I’Etat algérien sera en mesure de l’enrayer en décidantdes réformes de structure applicables A tous les citoyens sans distinctiond'origine.
II faut souligner que la findes privilèges attachés aux ((droits acquis)) de la colonisation estinséparable de la lutte contre le néo-colonialisme en général. Unesolution correcte du problème de la minorité française passe obligatoirementpar une politique conséquente sur te plan anti-impérialiste.
3.-Aux termes des accords d’Evian le gouvernement français doit maintenir, pendantun certain délai, ses troupes en Algérie et disposer de la base aéronavale deMers-EI-Kébir, d'aérodromes militaires et d'installations atomiques dans le Suddu pays.
Cette occupation militaire qui ira en s'allégeant -- aubout de la première année après I'autodétermination I’effectif de I'arméefrançaise sera réduit à 800.000 hommes dont 1'évacuation est prévue au termed'un second délai de deux années - obéit, avant tout, A une stratégienéo-colonialiste axée sur I'Afrique en Général et I'Algérie enparticulier. Tant que le territoire algérien sera occupé par les forcesétrangères la liberté de mouvement de l’Etat se verra limitée et lasouveraineté nationale menacée. Les premiers mois de I'indépendanceseront particulièrement difficiles. Le gouvernement algérien, qui aura Aentreprendre une lutte décisive contre les fascistes français, pourra seheurter à I'armée d'occupation dont l'une des missions est, précisément, deprotéger la minorité française.
4. -L’Exécutif provisoire ne parvient pas, deux mois après son entrée en fonction,A imposer son autorité et son contrôle; l'administration coloniale dont laquasi-totalité des membres manifeste son adhésion active A I'O.A S.
L'assainissement et la refontecomplète de I'administration sont une nécessité vitale. Cette t'aches'annonce, par ailleurs, fort délicate étant donné l’étendue du territoire,I'acuité des problèmes quotidiens qui se posent et la pénurie de cadresalgériens qualifiés dont beaucoup ont été décimés par la guerre.
5. - Lesconséquences matérielles et morales de l’entreprise de génocide menée depuistant d'années contre le peuple algérien se feront sentir d'une façon de plus enplus aigu.
Des centaines de milliersd'orphelins, des dizaines de milliers d'invalides, des milliers de famillesréduites aux femmes et aux enfants et abandonnées A leur sort, attendant du pouvoirnational les mesures adéquates qui s'imposent.
Les blessures que porte lecorps de la nation dans son ensemble sont profondes et ne disparaîtront pasavant des décades. Certaines d’entre elles ont, cependant, un caractèred’extrême gravité et sont susceptibles de paralyser la société dans sa marcheen avant.
Deux millions d'Algériens, enmajorité des femmes et des enfants, quittent chaque jour les camps ou ilsavaient été déportés. Le centaines de milliers de réfugiés du Maroc et deTunisie doivent être bientôt rapatriés.







الجزائر حبيبتي
لو خيروني بين حبيبتي والجزائر لاخترت حبيبتي...
ليس لأني لا أحب الجزائر...
بل لأن حبيبتي هي الجزائر،،،
يسألوني لماذ أحــب الجزائر؟!!
ما أغباهم كأنهم يسألونني لماذا اتنفس...أعشقــك
يا جزائر
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://mbm1.yoo7.com
 
بيان مؤتمر طرابلس، يونيو الجزء الأول 1962
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» محطات في تاريخ وطني الحبيب الجزائر
» الثورة الجزائرية 1954-1962.

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
المخيمات الصيفية أفاق ومستقبل  :: تاريخ الدول العربية-
انتقل الى:  
زوار المنتدى



انت الزائر رقم :
 
 
2010